Des films pour la classe

Vous trouverez sur cette page des conseils pour aiguiller vos enfants ou vos élèves vers des films pour :

> DÉCOUVRIR LE MONDE
> DÉCOUVRIR L’HISTOIRE
> DÉCOUVRIR LA SCIENCE-FICTION
> S’AMUSER
> VOIR LE THÉÂTRE AUTREMENT
> DÉNONCER LES TRAVERS DE LA SOCIÉTÉ

Cette classification étant tout à fait subjective, n’hésitez pas à parcourir d’autres catégories si vous ne trouvez rien à votre goût dans celle qui semblait pourtant indiquée.

Pour chaque film j’ai indiqué un niveau de difficulté, un lien vers la bande-annonce ou une playlist parmi celles qui figurent sur cette chaîne, et une ou deux entrées « artistiques et culturelles » possibles parmi celles du programme de français au collège.

Pourquoi regarder des films à l’école ?

Le cinéma est un domaine qui semble souvent plus accessible aux élèves que la littérature ou même le spectacle vivant : ils en ont la plupart du temps une consommation régulière et il n’est pas rare que la perspective d’un extrait diffusé en classe les motive plus qu’une lecture.

Si on pourra le déplorer, le cinéma n’est pas pour autant à exclure des situations d’enseignement : un film pourra souvent apporter un regard neuf sur un thème déjà abordé par le biais d’un roman ou d’un groupement de textes, voire permettra de mettre en image des scènes ou des décors difficile à se représenter pour les élèves. Il convient toutefois de se saisir d’œuvres à la fois en lien avec les programmes, adaptées à l’âge de notre jeune audience, et qui ne sont pas celles vers lesquelles ils se seraient naturellement tournés : en cinéma comme en littérature, le rôle de l’enseignant est d’ouvrir le regard. Ce qui n’empêche pas de faire une place aux films accessibles et amusants !

Que disent les textes officiels ?

Le cinéma fait partie intégrante des objets d’étude au collège et au lycée, comme en témoignent de nombreux dispositifs mis en place par l’Éducation nationale. Il n’est cependant pas toujours simple de saisir la législation en vigueur, ni les attentes de l’Éducation nationale.

Éduscol, le site du ministère de l’Éducation nationale, annonce d’entrée de jeu qu’il convient de privilégier la découverte d’un film en salle. Si certains dispositifs comme Collège au cinéma rendent cela possible – avec le plus souvent d’excellentes programmations –, il est parfois difficile de de participer à de tels dispositifs, qui par ailleurs ne sauraient tenir compte de la progression prévue par les enseignants.

Dans les faits, il n’est en théorie possible de diffuser une œuvre intégralement en classe que si les droits de diffusion publique ont été acquis : c’est le cas, par exemple, pour les films présents sur la plateforme Lumni, ou lorsque les droits de diffusion sont compris dans l’achat du DVD – il est possible de faire acheter de tels DVD par votre établissement en fonction de son budget.

Il est cependant tout à fait permis de diffuser des extraits de film en classe, en suivant quelques règles simples, que la Direction générale de l’enseignement scolaire rappelle dans ce document de septembre 2021 :

L’utilisation de supports édités du commerce (type DVD vidéo, etc.) ou d’une œuvre cinématographique ou audiovisuelle diffusée sur un service payant […] est possible dès lors qu’elle se limite à des extraits : « extraits » s’entend de parties d’œuvres dont la longueur est limitée à six minutes, et ne pouvant en tout état de cause excéder le dixième de la durée totale de l’œuvre intégrale. En cas d’utilisation de plusieurs extraits d’une même œuvre audiovisuelle ou cinématographique, la durée totale de ces extraits ne peut excéder 15 % de la durée totale de l’œuvre.

De plus, rien n’interdit de conseiller une œuvre aux élèves : à l’heure des plateformes de vidéos à la demande, il est rare qu’un film soit inaccessible aux familles.

Quand regarder un film ?

En classe, un film peut être visionné dès lors que l’enseignant estime qu’il s’agit d’une activité légitime – il convient seulement de s’assurer que les conditions précédemment énumérées sont remplies. À la maison, les règles sont fixées par les parents ; le mieux est encore de regarder un film en famille, après le dîner, le vendredi ou le samedi, puis d’avoir une petite conversation, notamment sur les liens avec la séquence en cours.

Découvrir le monde

Wadjda, Haifaa Al Mansour | 2012 | Difficulté : ★☆☆☆

Wadjda est une petite fille comme les autres, qui aime sa paire de Converse, écouter du rock et faire du vélo avec son ami Abdallah. Mais en Arabie saoudite, les petites filles n’ont pas le droit de faire du vélo et sa mère refuse de lui en offrir un : pour l’acheter, Wadjda se met alors en tête de gagner un concours de récitation du Coran. Un film plein de poésie accessible aux plus jeunes, idéal pour faire naître le débats sur des sujets tels que l’égalité filles/garçons en Arabie saoudite et dans le monde.

> Playlist sur Wadjda

[Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques | Avec autrui : familles, amis, réseaux]

Parvana, Une enfance en Afghanistan, Nora Twomey | 2017 | Difficulté : ★☆☆☆

La vie de la petite Parvana est bouleversée du jour au lendemain quand son père est injustement emprisonné par le régime des Talibans. Puisqu’il est interdit à une jeune fille seule de sortir de chez elle, Parvana décide donc de se faire passer pour un garçon afin de pouvoir subvenir aux besoins de sa famille. Un film poignant qui dépeint les conditions de vie en Afghanistan durant les années 90 – et permet d’imaginer celles des afghanes depuis le retour au pouvoir des Talibans en 2022.

> Bande-annonce

[Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques | Avec autrui : familles, amis, réseaux]

Sur le chemin de l’école, Pascal Plisson | 2013 | Difficulté : ★☆☆☆

Pour Jackson, il s’agit de plusieurs kilomètres à pied ; pour Zahira, d’une traversée des montagnes de l’Atlas à dos de mule ; pour Samuel, d’une traversée du désert en fauteuil roulant ; enfin, pour Carlito, de naviguer sur un petit bateau : c’est ainsi que Jackson, Zahira, Samuel et Carlito se rendent à l’école. Car les chemins de l’école ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Un film extraordinaire pour faire réfléchir à ce que l’école signifie pour nous et ce qu’elle signifie dans le reste du monde.

> Bande-annonce

[Avec autrui : familles, amis, réseaux]

La Tortue rouge, Michael Dudok de Wit | 2016 | Difficulté : ★☆☆☆

L’histoire d’un homme naufragé sur une île déserte : on a déjà vu ça cent fois, les cours de cinquième sur les robinsonnades sont pleins de ces récits ! Mais La Tortue rouge n’est pas de la même trempe. Notre naufragé, d’abord empêche de fuir par une mystérieuse tortue rouge qui finira par se transformer en femme, vivra avec elle une histoire émouvante, poétique et contemplative. Un film muet, idéal pour travailler notamment avec les élèves allophones et les nouveaux arrivants.

> Bande-annonce

[Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ? | L’être humain est-il maître de la nature ?]

Les Quatre Cent Coups, François Truffaut | 1959 | Difficulté : ★☆☆☆

« Faire les 400 coups », ça signifie enchaîner les bêtises : dans le chef-d’œuvre de Truffaut, le jeune Antoine Doinel les accumule, souvent plus par maladresse que par mauvaise volonté. Mais ses parents tout comme son maître ne l’entendent pas de la même oreille. Le film parfait pour faire comprendre aux élèves la réalité de l’école d’antan, et qui pourra être accompagnée par la liste de lecture ci-après.

> Playlist sur l’école à travers les lieux et les époques

[Avec autrui : familles, amis, réseaux | Individu et société : confrontations de valeurs ?]

Little Miss Sunshine, Jonathan Dayton et Valerie Faris | 2006 | Difficulté : ★☆☆☆

Lorsque la petite Olive est sélectionnée pour participer à un concours de beauté typiquement américain, le « Little Miss Sunshine », sa famille – pour le moins dysfonctionnelle – entreprend un drôle de road trip à travers les États-Unis, durant lequel rien ne se passera vraiment comme prévu. Un film émouvant et poétique sur l’acceptation de soi.

> Bande-annonce

[Avec autrui : familles, amis, réseaux | Individu et société : confrontations de valeurs ?]

Nos étoiles contraires, Josh Boone | 2014 | Difficulté : ★★☆☆

Hazel Grace et Augustus auraient pu vivre une histoire d’amour normale, mais voilà : Hazel souffre d’un cancer des poumons, et Gus est en rémission d’un cancer des os. Les deux se sont d’ailleurs rencontrés dans un groupe de soutien aux adolescents victimes d’un cancer. Mais l’envie de vivre sa vie est parfois plus forte que la maladie. Une belle histoire d’amour qui plaira aux adolescents – et émouvra aussi les adultes : sortez vos mouchoirs !

> Bande-annonce

[Dire l’amour]

Forrest Gump, Robert Zemeckis | 1994 | Difficulté : ★★☆☆

Tandis qu’il attend son bus, Forrest Gump entreprend de raconter sa vie aux usagers qui partagent son banc, depuis son enfance difficile – en raison de ses difficultés motrices et cognitives – jusqu’à sa traversée des États-Unis au pas de course, en passant par son rôle héroïque dans la guerre du Vietnam : une vie guidée par son innocence et son amour inconditionnel pour son amie d’enfance Jenny. Un film terriblement émouvant et acclamé par la critique. Attention, certaines scènes pourront heurter les sensibilités.

> Bande-annonce

[Héros / héroïnes et héroïsmes | Individu et société : confrontations de valeurs ?]

Persepolis, Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud | 2007 | Difficulté : ★☆☆☆

Un long-métrage d’animation qui relate la vie mouvementée de l’autrice Marjanne Satrapi, depuis son enfance iranienne lors de la révolution islamique, jusqu’à son arrivée en France, en passant par les déconvenues de son arrivée en Europe. Un récit drôle et émouvant qui pourra faire naître le débat en classe, dès la quatrième, sur la thématique des droits des femmes, de l’émigration, de la politique étrangère ou de l’écriture de soi.

> Bande-annonce

[Individu et société : confrontations de valeurs ? | Se raconter, se représenter]

Hors Jeu, Jafar Panahi | 2006 | Difficulté : ★★☆☆

En Iran, les matchs de foot sont interdits aux femmes : dans les gradins, seuls des hommes pourront donc assister au match de qualification de l’équipe nationale iranienne pour la Coupe du monde de football de 2006 – ainsi que quelques femmes déguisées, qui se seront introduites malicieusement. Notre héroïne pensait pouvoir se joindre à elles avant de se faire attraper… Mais qu’en pensent les hommes, qu’ils soient simples supporters ou policiers finalement pas si sûrs de l’ordre des choses ? Un film au goût de vérité, tourné en temps réel durant le match, et qui relate le combat de longue date des iraniennes pour l’égalité des droits, quel que soit le domaine – y compris le football.

> Bande-annonce

[Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques | Dénoncer les travers de la société]

Pour un instant, la liberté, Arash T. Riahi | 2008 | Difficulté : ★★★★

En complément des deux films précédents, Pour un instant, la liberté pourra constituer le point d’orgue – et le point final – d’une trilogie cinématographique perse (que l’on pourra par ailleurs agrémenter d’un film au choix d’Abbas Kiarostami). Le film relate le parcours de plusieurs familles iraniennes cherchant à trouver refuge en Europe, et bloqués dans un interminable transit en Turquie.  Film à la fois sensible et rude, émouvant, drôle et tragique, au plus proche de la réalité et à réserver à un public averti.

> Bande-annonce

[Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ? | Dénoncer les travers de la société]

Découvrir l’Histoire

Jason et les Argonautes, Don Chaffey | 1963 | Difficulté : ★★☆☆

Ce film culte – porté notamment par les effets spéciaux du célèbre Ray Harryhausen – retrace les aventures de Jason qui, avec ses compagnons les argonautes, devra rapporter la mythique Toison d’or de Colchide s’il veut retrouver son trône. Sur sa route, il devra affronter de nombreux monstres, mais pourra heureusement compter sur l’aide de la déesse Héra. Le film parfait pour clore une séquence de sixième sur la mythologie, par exemple après avoir étudié l’Iliade ou l’Odyssée.

> Playlist sur la Grèce antique

[Le monstre, aux limites de l’humain | Récits d’aventures]

Troie, Wolfgang Petersen | 2004 | Difficulté : ★★☆☆

Un film très divertissant qui permettra de mettre des images sur la guerre de Troie, et de retranscrire la lourde ambiance de siège. Attention, même si le film semble parfaitement correspondre avec le programme de sixième, quelques scènes de violence ou de nudité n’invitent pas à le diffuser intégralement : quelques extraits bien choisis – il y en a de nombreux sur Youtube – seront amplement suffisants.

> Playlist sur la Grèce antique

[Le monstre, aux limites de l’humain | Récits d’aventures]

1492, Ridley Scott | 1992 | Difficulté : ★★★★

1492 offre une reconstitution impressionnante du processus qui a abouti à l’arrivée historique de Christophe Colomb en Amérique durant l’année éponyme. Porté par la performance de Gérard Depardieu dans le rôle de Colomb, le film explore les ambitions, les défis mais aussi les conséquences de ce moment pivot de l’Histoire mondiale. Un film tout indiqué pour faire le lien, en classe de cinquième, entre les cours d’Histoire-géographie et les cours de français sur les grandes découvertes et les grands explorateurs, mais attention : certains scènes sont choquantes (nudité et violence) : ne vous lancez pas dans une projection intégrale, et choisissez bien vos extraits !

> Bande-annonce

[Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ?]

Amadeus, Miloš Forman | 1984 | Difficulté : ★★★☆

Amadeus, c’est Mozart : un génie, si ce n’est le génie de la musique classique. Son histoire ici nous est contée par Salieri, son rival de toujours, travailleur, obstiné, sérieux, mais aussi extraordinairement jaloux de la facilité avec laquelle Mozart – qu’il considère comme trivial et même un peu bêbête – compose des chef-d’œuvres qui le fascinent et l’impressionnent.

> Bande-annonce

[Individu et société : confrontations de valeurs ?]

Germinal, Claude Berri | 1993 | Difficulté : ★★★★

Lorsqu’il rejoint une mine de charbon du Nord de la France pour gagner sa vie, Étienne Lantier réalise rapidement les terribles conditions de vie des mineurs exploités par les propriétaires, ce qui le mènera même à organiser une grève. L’adaptation du roman d’Émile Zola est un classique des cours de français et d’Histoire-géographie presque depuis sa sortie ! Trop long (et trop difficile) pour être montré intégralement en classe, certains extraits pourront cependant efficacement mettre en image les conditions de travail des ouvriers au XIXe siècle.

> Bande-annonce

[Individu et société : confrontations de valeurs ? | Dénoncer les travers de la société]

Liberté, Tony Gatlif | 2009 | Difficulté : ★★★☆

Un film aussi puissant qu’inattendu pour décrire les conditions de vie  des Tziganes – des Rroms, des Manouches, des Gitans, de ceux qu’on appelle aujourd’hui dans le vocable de l’Éducation nationale : les Voyageurs et les Familles itinérantes – durant l’enfer de la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle ils furent, eux aussi, les cibles de l’occupant et des autorités collaboratrices. Un film sur la différence et la résistance – avec ou sans majuscule.

> Bande-annonce

[Individu et société : confrontations de valeurs ? | Dénoncer les travers de la société]

Les Grandes Grandes Vacances, Paul Leluc | 2015 | Difficulté : ★☆☆☆

Une série animée proposée par France Télévisions (et disponible gratuitement en ligne sur le site de France TV), qui relate l’histoire d’Ernest, 11 ans, et Colette, 6 ans, durant la Seconde Guerre mondiale. Tous deux en vacances chez leur grands-parents lorsque la guerre éclate en 1939, ils y resteront plus longtemps que prévu pour se tenir éloignés de Paris, et devront apprendre à se familiariser avec cet univers nouveau – la campagne – et affronter cette période sombre, celle de l’Occupation. Une série d’excellente facture, accessible aux plus jeunes et qui ne tombe pas dans le manichéisme.

> Les Grandes Grandes vacances sur le site de France.tv

[Individu et société : confrontations de valeurs ? | Dénoncer les travers de la société]

La vie est belle, Roberto Benigni | 1998 | Difficulté : ★★☆☆

Durant la Seconde Guerre mondiale, Guido, un juif italien, et son fils Giosué, sont déportés dans un camp de concentration. Afin d’épargner à son fils l’horreur de la situation, Guido entreprend de faire croire à son fils que la vie dans ce camp – que l’on devine être celui d’Auschwitz-Birkenau – est en réalité un jeu destiné à récompenser le gagnant d’un char d’assaut. Un film tour à tour poétique, désopilant, puis tragique et bouleversant.

> Bande-annonce

[La fiction pour interroger le réel | Dénoncer les travers de la société]

La Liste de Schindler, Steven Spielberg | 1993 | Difficulté : ★★★☆

Une œuvre absolument poignante et qui tirera des larmes autant à vos élèves qu’à leur enseignant·e·s – à réserver aux troisième, particulièrement après la lecture du Journal d’Anne Frank, d’Inconnu à cette adresse ou de l’Ami retrouvé. Un film qui échappe à tout manichéisme pour mettre en lumière la beauté du libre-arbitre des quelques héros qui, durant la Seconde Guerre, seront aussi devenu des Justes parmi les nations.

> Bande-annonce

[Dénoncer les travers de la société]

Le journal vidéo d’Anne Frank, Fondation Anne-Frank | 2020 | Difficulté : ★★☆☆

Et si Anne Frank n’avait pas écrit de journal, mais s’était filmée avec son téléphone ? L’idée d’un vlog peut paraître saugrenue, mais elle est réalisée avec justesse par la Fondation Anne-Frank, qui met les épisodes (une quinzaine, pour un peu plus de 5 minutes à chaque fois) à disposition sur sa chaîne Youtube. Une ressource très bien faite, accessible et très utile.

> Playlist sur Anne Frank

[Se raconter, se représenter]

Il faut sauver le soldat Ryan, Steven Spielberg | 1998 | Difficulté : ★★★☆

Tandis que l’armée américaine engage la bataille de Normandie, une escouade est chargée de retrouver un soldat dont les trois frères viennent de trouver la mort au combat afin de le rapatrier aux États-Unis : s’engage alors une opération de sauvetage face aux troupes allemandes. Un grand classique des cours d’Histoire en troisième, notamment en raison de la très impressionnante reconstitution du Débarquement. Attention : certaines scènes sont de nature à heurter les sensibilités.

> Bande-annonce

[La fiction pour interroger le réel]

Le Tombeau des lucioles, Isao Takahata | 1988 | Difficulté : ★★★☆

Durant l’été 1945, Seita, 14 ans, et sa jeune sœur Setsuko, 4 ans, doivent apprendre à survivre aux bombardements américains puis à la faim, dans un Japon dévasté et à deux doigts de la capitulation. Mais en dépit de tous ses efforts, Seita a bien des difficultés à prendre soin de sa sœur… Un récit poignant, inspiré d’une nouvelle semi-autobiographique de l’auteur japonais Akiyuki Nosaka. À réserver aux plus grands.

> Bande-annonce

[Se raconter, se représenter | Dénoncer les travers de la société]

 

Découvrir la science-fiction

L’Effondrement, Les Parasites | 2019 | Difficulté : ★★☆☆

L’Effondrement, c’est la fin du monde tel qu’on le connait, et à laquelle certains se préparent déjà… L’Effondrement, c’est aussi une série en huit épisodes indépendants d’une vingtaine de minutes chacun réalisée par le collectif Les Parasites, d’abord diffusée sur Canal+ avant d’être mise en ligne intégralement sur Youtube. Une merveille d’écriture et de cinéma – chaque épisode est un long plan-séquence – qui permet d’aborder une multitude de sujets, de l’écologie à la reproduction des inégalités, en passant par l’attitude des êtres humains face à la pénurie. Les épisodes 1, 2 et 6 sont particulièrement efficaces en classe. À ne manquer sous aucun prétexte.

> Chaîne Youtube des Parasites

[Individu et société : confrontations de valeurs ? | La fiction pour interroger le réel | Progrès et rêves scientifiques | Dénoncer les travers de la société]

Bienvenue à Gattaca, Andrew Niccol | 1997 | Difficulté : ★★☆☆

Dans un monde dystopique, eugéniste et ségrégationniste qui trace une ligne entre les individus considérés comme valides et les autres, Vincent – conçu naturellement et donc considéré comme « imparfait » – rêve de travailler pour Gattaca, une entreprise spatiale prestigieuse. Avec l’aide de Jérome – candidat parfait mais dont un accident a ruiné la vie – qui lui prête son identité, Vincent parvient à se faire employer à Gattaca, jusqu’à ce qu’une enquête ne vienne perturber ses plans et risquer de dévoiler la supercherie… Le film de science-fiction préféré des enseignantes et des enseignants de SVT.

> Bande-annonce

[Dénoncer les travers de la société | Progrès et rêves scientifiques]

The Truman Show, Peter Weir | 1998 | Difficulté : ★★☆☆

Truman Burkank est agent d’assurances ; sa femme, Meryl, est infirmière. Tous deux vivent dans la belle et paisible île de Seahaven, pleine de voisins sympathiques et agréables. Une vie aussi sereine que dérangeante, car tout semble interdire à Truman de quitter son île natale… Un film inspiré du roman Le Temps désarticulé de Philip K. Dick, idéal pour questionner le rapport à la réalité – et toujours un grand succès auprès des élèves de quatrième ou de troisième.

> Bande-annonce

[La fiction pour interroger le réel]

La Quatrième dimension, Rod Sterling | 1959-1964 | Difficulté : ★★☆☆

Même si l’aspect un peu vieillot de la série pourra prêter à sourire, La Quatrième dimensionThe Twilight Zone en version originale – est une œuvre magistrale qui regorge de petites pépites à la durée idéale pour être visionnées puis discutées durant la même heure de cours. Quel que soit le texte (fantastique ou de science-fiction) étudié, il y aura forcément un épisode qui viendra entrer en résonance.

> Bande-annonce

[La fiction pour interroger le réel | Progrès et rêves scientifiques]

Zathura : Une aventure spatiale, Jon Favreau | 2005 | Difficulté : ☆☆☆☆

Quand Danny débute une partie de Zathura, un drôle de vieux jeu de société qu’il vient de trouver dans la cave de sa maison, il se retrouve – avec son frère Walter, leur sœur et leur maison – propulsé dans l’espace. Désormais, leur seul moyen de retrouver la Terre ferme est d’affronter les terribles Zorgons et de finir la partie. Un film simple, amusant et accessible aux plus jeunes, qui ne manquera pas de rappeler Jumanji : les deux films sont adaptés de deux romans du même auteur.

> Bande-annonce

[Récits d’aventures | Imaginer des univers nouveaux]

Le Géant de fer, Brad Bird | 1999 | Difficulté : ★☆☆☆

L’histoire déchirante de l’amitié entre un petit garçon américain et un immense robot extra-terrestre durant la fin des années 50, en pleine guerre froide. Un très beau film sur la tolérance et la peur de l’autre, qui pourra faire réfléchir les élèves à la notion de guerre, et aux moyens qui s’offrent aux êtres humains pour résoudre des conflits. On pourra aussi faire le lien avec le film Le Château dans le ciel de Hayao Miyazaki, et avec des récits de science-fiction comme le Frankenstein de Mary Shelley.

> Bande-annonce

[Progrès et rêves scientifiques | Individu et société : confrontations de valeurs ?]

Crossed, Karim Debbache | 2013-2014 | Difficulté : ★☆☆☆

Dans son émission Crossed (disponible sur Youtube) Karim Debbache présente et décortique des films qui présentent des liens avec les jeux vidéo. Si les films analysés ne sont pas toujours des réussites, ils sont cependant toujours l’occasion de remarques intéressantes qui seront à même – par leur ton comme par leur thème – d’introduire nos élèves au langage cinématographique.

> Chaîne Youtube de Karim Debbache

[La fiction pour interroger le réel]

Premier Contact, Denis Villeneuve | 2016 | Difficulté : ★★☆☆

Lorsque douze vaisseaux extraterrestres apparaissent à douze endroits de la planète, c’est d’abord la panique générale. Très vite, les gouvernements cherchent à établir le contact avec les formes de vie qui s’y trouvent et communiquent en projetant de l’encre sur une paroi transparente. La linguiste Louise Banks est chargée de traduire la langue des extraterrestres. Un film passionnant sur la communication, la langue et la différence.

> Bande-annonce

[Progrès et rêves scientifiques]

L’Histoire sans fin, Wolfgang Petersen | 1984 | Difficulté : ★☆☆☆

Le jeune Bastien s’est plongé dans un livre pour enfants, caché quelque part dans les combles de son collège, pour éviter de se confronter à sa réalité – le contact difficile avec son père, ses camarades qui le violentent, un contrôle de mathématiques. Tandis qu’il nous plonge dans l’histoire qu’il découvre, il s’y retrouve peu à peu mêlé… Même s’il ne s’agit pas à proprement parler d’une œuvre de science-fiction, L’Histoire sans fin reste un excellent film pour questionner le pouvoir de l’imagination. À réserver aux élèves de sixième/cinquième.

> Bande-annonce

[Récits d’aventures | Imaginer des univers nouveaux]

Battlestar Galactica, Ronald D. Moore | 2004 | Difficulté : ★★★☆

Remake de la série Galactica sortie en 1978, Battlestar Galactica se veut plus sérieuse : récit sombre et nuancé de l’exode des humains ayant survécu à l’extermination de l’Humanité par des robots, cette série aborde d’une manière non-manichéenne des thèmes politiques qui font écho aux questionnements des États-Unis après le 11 septembre 2001 – et devançaient de quelques années les préoccupation liées à l’Effondrement. La première saison consiste en un long film que l’on pourra conseiller aux élèves en toute fin de troisième – attention, la série pourra troubler les spectateurs fragiles, et provoquer quelques angoisses.

> Playlist sur la science-fiction

[Progrès et rêves scientifiques]

S’amuser

Les Temps modernes, Charlie Chaplin | 1936 | Difficulté : ☆☆☆☆

Charlot est ouvrier dans une usine durant la Grande Dépression : le rythme infernal du travail à la chaîne aura raison de lui et de sa santé mentale, et le conduira même en prison. Un chef d’œuvre absolu en même temps qu’une critique désopilante du capitalisme, qui ne manquera pas – en dépit de son aspect pour le moins vieillot – de faire réagir et même rire les élèves les plus jeunes. Un must !

> Bande-annonce

[La ville, lieu de tous les possibles | Dénoncer les travers de la société]

Panic sur Florida Beach, Joe Dante | 1993 | Difficulté : ★☆☆☆

Durant la crise des missiles de Cuba en 1962, la petite ville de Key West cède – comme le reste des États-Unis – à la panique. Mais le jeune Gene, dont le père est pourtant en mission à bord d’un sous-marin de l’US Navy, est obnubilé par la sortie imminente d’un film d’horreur de série B : ça tombe bien, le producteur compte bien profiter de l’état de nervosité de la ville pour présenter son film. Un film amusant sur le cinéma bis, par le réalisateur de Gremlins.

> Bande-annonce

[Avec autrui : familles, amis, réseaux | La ville, lieu de tous les possibles ]

La Folle Journée de Ferris Bueller, John Hugues | 1986 | Difficulté : ★☆☆☆

Il est parfois des films qui nous font sincèrement rire, mais que l’on n’ose pas montrer à nos élèves, parce que l’on se dit – à raison – qu’ils : n’ont pas besoin de nous pour les voir ; ou : ne sont pas de leur âge. Puis, quand d’aventure on leur montre des films plus respectables qui nous auront amusés, on ne tire rien d’autre de sa salle de classe qu’un petit soupir. La Folle Journée de Ferris Bueller est un de ces rares films qui mettront tout le monde d’accord : tout le monde aime voir Ferris Bueller sécher sa journée de cours et éviter de croiser son père qui le croit en classe.

> Bande-annonce

[Avec autrui : familles, amis, réseaux | La ville, lieu de tous les possibles ]

Spider-Man : Homecoming, John Watts | 2017 | Difficulté : ★☆☆☆

C’est le début du mois de juillet ; en dépit de la reconquête promise, vous vous retrouvez face à un ensemble hétéroclite de douze élèves de quatre niveaux et sept classes différentes. Aucun d’entre eux n’est disposé à regarder l’un des films précédents. L’heure s’annonce intense ; les chips sortent déjà des sacs. Il vous faut un film qui mettra tout le monde d’accord, et tant pis s’il n’est pas dans les programmes. Ce film est fait pour vous : Spider-Man : Homecoming fait partie de l’une des licences préférées de vos élèves et, en plus, il peut se raccrocher au programme – si, si, je vous assure. Il pourra être vu sans connaître le reste de la saga et fera écho à La Folle Journée de Ferris Bueller – si vous avez montré la Folle journée, vous pourrez même jouer au jeu des points communs. Et en plus, figurez-vous que c’est un bon film pour ados.

> Bande-annonce

[Héros / héroïnes et héroïsmes | La ville, lieu de tous les possibles]

 

Voir le théâtre autrement

Molière, Ariane Mnouchkine | 1978 | Difficulté : ★★★☆

Un grand classique des cours de français en sixième et en cinquième ! Ariane Mnouchkine relate la vie du plus célèbre dramaturge français. Le film en lui-même est trop long pour être diffusé en classe (à tel point qu’il a été découpé en épisodes pour sa diffusion à la télé), et rares seront les élèves à avoir la patience de le regarder à la maison ; il existe toutefois de nombreux extraits sur Youtube qui vours permettront d’illustrer ce cours sur l’époque de Molière que vous avez si bien préparé.

> Playlist sur Molière

[Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques]

Romeo + Juliette, Baz Luhrmann | 1996 | Difficulté : ★★★☆

Une réécriture survitaminée du Roméo et Juliette de Shakespeare. Le film garde l’histoire – et le texte ! – d’origine pour nous offrir une version contemporaine de la célèbre tragédie. Idéal pour un cours de quatrième sur le théâtre et l’amour tragique, mais attention toutefois à certains aspects qui pourront surprendre vos élèves.

> Bande-annonce

[Dire l’amour]

Cyrano, Jean-Paul Rappeneau | 1990 | Difficulté : ★★★☆

Cyrano – joué ici par un Gérard Depardieu incroyable – est un type tout à fait extraordinaire, plein de verve et excellent bretteur, par ailleurs fou amoureux de la belle Roxane, sa cousine. Mais son nez énorme – sacré complexe – lui fait retenir les mots qu’il voudrait lui dire. Soit ! Il ne les signera pas de son nom, mais de celui de Christian, un beau jeune homme amoureux, lui aussi, de Roxane. Mais s’ils plaisent à Roxane, de qui sera-t-elle finalement vraiment amoureuse ?

> Bande-annonce

[Dire l’amour]

Douze Hommes en colère, Sidney Lumet | 1957 | Difficulté : ★★★☆

Un film de procès qui relate les débats d’un jury populaire américain constitué de douze hommes devant statuer sur la culpabilité d’un jeune garçon de 18 ans accusé de parricide. Bien entendu, Douze Hommes en colère n’est pas une pièce de théâtre, mais en tant que huis-clos, il respecte la règle des trois unités et sera donc utile pour les comprendre, et permettra aussi une réflexion sur la nature humaine et le jugement.

> Bande-annonce

[Individu et société : confrontations de valeurs ?]

Dénoncer les travers de la société

Ressources humaines, Laurent Cantet | 2000 | Difficulté : ★★☆☆

Franck vient d’être embauché – en tant que stagiaire – dans l’usine où travaille son père. Il fait désormais partie du département des « ressource humaines » : pour lui, c’est l’occasion de travailler au bien-être de tous, y compris et surtout des ouvriers. Mais lorsqu’il apprend qu’un plan de licenciement massif est à l’œuvre, il remet en question son rôle dans l’usine. Et le positionnement de son père, fidèle au patron qui s’apprête à le licencier, le questionne et le fâche.

> Playlist sur la reproduction des inégalités

[Individu et société : confrontations de valeurs ? | Dénoncer les travers de la société]

La Vague, Dennis Gansel | 2008 | Difficulté : ★★☆☆

Est-il possible, à notre époque consciente des erreurs et des horreurs du passé, de reproduire une expérience fasciste ? Non, bien entendu. Sauf si… Lorsqu’un enseignant décide de mener une expérience avec sa classe, il entraîne sans le vouloir ses élèves dans un mouvement qui le dépassera… Le film pour conclure une séquence sur l’Allemagne nazie.

> Bande-annonce

[Individu et société : confrontations de valeurs ? | Dénoncer les travers de la société]

Princesse Mononoké, Hayao Miyazaki | 1997 | Difficulté : ★★☆☆

Ashitaka, un jeune prince touché par une malédiction, entreprend un voyage pour en trouver la cause et se retrouve pris dans un conflit qui oppose les êtres humains qui exploitent la forêt et une jeune femme qui, elle, la défend en dirigeant les esprits de la nature. Un film idéal pour réfléchir à la place de l’être humain dans le monde et face à la nature.

> Bande-annonce

[L’être humain est-il maître de la nature ?]

Les Figures de l’ombre, Theodore Melfi | 2016 | Difficulté : ★★☆☆

Ce film émouvant, efficace et accessible met en lumière le rôle de trois mathématiciennes et ingénieures afro-américaines – Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson – dans la réussite du programme spatial de la NASA qui finira par envoyer le premier américain en orbite, en dépit des obstacles posés par le sexisme et le racisme de la société américaine des années 60. Toujours un grand succès en classe de troisième.

> Bande-annonce

[Individu et société : confrontations de valeurs ? | Dénoncer les travers de la société]

Pentagon Papers, Steven Spielberg | 2017 | Difficulté : ★★★★

Lorsque Katherine Graham, la première femme à diriger un journal d’envergure aux États-Unis (le Washington Post), décide de publier une série de documents mettant en lumière les mensonges entourant la guerre du Vietnam, elle sait qu’elle devra faire face à des pressions de toutes sortes. Un film qui nous rappelle à quel point la liberté de la presse est un bien précieux. Si le film est trop long pour être montré en classe, certains extraits bien choisis pourront illustrer le rôle des journalistes mais aussi le processus de création d’un journal.

> Bande-annonce

[Informer, s’informer, déformer ? | Dénoncer les travers de la société]